Terrains dits à risques : quels peuvent être ces risques justement ?

Avoir un terrain fait partie des richesses les plus appréciées en ce moment. La valeur de cette dernière s’améliore avec le temps. Disposer d’un terrain au préalable est par ailleurs idéale si vous songez à construire une maison par exemple. Il arrive cependant que cette dernière soit considérée comme non constructible. Dans certains cas, le terrain est même considéré comme « à risque ». Dans ce genre de situation, recourir aux services d’un professionnel est souvent important. De même, découvrir les caractéristiques des terrains à risques est important.

La remontée capillaire

Plusieurs caractéristiques doivent être étudiées avant de dire qu’un terrain spécifique est à risque. Parmi les plus importants, il est possible de citer la distance entre la surface de sol et celui de la nappe phréatique. La présence d’eau sous votre terrain est véritable qui fait que votre terrain ne pourra recevoir aucune construction. En effet, le phénomène de capillarité est particulièrement nocif pour les fondations d’une maison. La charge totale de votre construction peut par ailleurs fragiliser le sol. Cette dernière pourrait  s’écrouler à n’importe quel moment. Afin d’éviter ce genre de problème, la plupart des entreprises de construction modernes effectuent diverses études avant le début des travaux afin d’éviter les terrains à risques.

Gonflement et rétractation du sol

Le gonflement du sol est un phénomène dangereux pour n’importe quelle construction. Ce dernier est dû à la composition de votre sol. En effet, un terrain très argileux peut gonfler fortement durant la saison de pluies. Dans le même ordre, les terrains à risques de ce genre peuvent également se rétracter fortement durant la saison aride. Les fondations de la maison sont les plus sensibles à ce genre de changement de forme du sol. Dans cette situation, les constructeurs modernes doivent impérativement implanter les fondations du bâtiment jusqu’à 1,5 m au moins.

Infertilité du sol

L’infertilité est également un problème majeur chez les terrains à risque la plupart du temps. L’acidité du sol est généralement en cause dans la plupart des cas. Aussi, si le terrain dispose d’un pH inférieur à 5, il vous sera très difficile de l’utiliser pour des activités agricoles. Afin de rectifier ce genre de problème, il est en ce moment possible de traiter le sol avec un procédé appelé : chaulage. Ce processus consiste à réduire l’acidité du sol grâce au Calcium et le Magnésium. Par ailleurs, le calcium est particulièrement indispensable pour renforcer les fondations d’une maison.

Le bornage d’un terrain est il obligatoire ?
Sur quel type de sol construire sa maison ?