Calculer la surface constructible de son terrain

Terrain

Avant d’acheter un terrain à bâtir, il est essentiel de comprendre la surface approuvée pour le développement, également connue sous le nom de zone constructible. Pour décider combien de mètres carrés peuvent être construits sur un terrain, il faut désormais tenir compte des normes d’urbanisme de la municipalité, qui dépendent de la propriété et de la future habitation, ce qui peut parfois rendre le calcul compliqué. Par conséquent, vous avez commencé par discuter de ce qu’est une surface constructible, puis comment peut-on calculer une surface constructible, et enfin, comment peut-on établir quelle est la surface optimale d’un terrain constructible.

Quelle est la taille de la surface constructible ?

Pour éviter de s’engager sur un terrain qui ne correspond pas à vos attentes en termes de surface, il est indispensable d’identifier explicitement la surface constructible lors de l’achat d’un terrain. Le terme surface constructible désigne la zone au sol d’un terrain où vous avez l’autorisation de construire. Il ne faut pas confondre ce terme avec la surface de plancher, qui désigne la superficie de tous les étages construits dont la hauteur est supérieure à 1,80 m, comme indiqué au début de cet article. Par exemple, une maison avec un rez-de-chaussée de 50 m² et un premier étage de 50 m², ou une maison à un étage de 100 m². L’objectif majeur de cette règle est d’éviter que la terre des parcelles ne soit complètement bétonnée et de protéger les espaces verts des parcelles.

Comment peut-on savoir quelle est la surface constructible d’un terrain ?

Avant la loi Duflot Alur de 2014, la surface constructible était déterminée à partir du coefficient d’occupation des sols (COS) du Plan Local d’Urbanisme (PLU). Le calcul était donc simple : il suffisait de multiplier la surface du sol du terrain par le COS pour déterminer la surface bâtissable du terrain. Pour construire une maison de 120 m² avec un coefficient de 0,4, par exemple, votre terrain à bâtir devait avoir une superficie minimale de 300 m². La loi Duflot Alur, en revanche, a supprimé la notion de COS dans le PLU.

Le calcul de la surface constructible est nettement plus difficile aujourd’hui. Le PLU détermine toujours la surface constructible, mais pas le Coefficient d’Occupation des Sols, qui a ainsi disparu. Les informations nécessaires au calcul de la surface cessible pour construire votre maison se trouvent dans le Plan Local d’Urbanisme (PLU), qu’il vous faudra étudier. Le PLU est composé d’un plan de zonage et de règles. Le plan de zonage vous permet de déterminer dans quelle zone se trouvera votre futur terrain. Le règlement rappelle les nombreuses normes en vigueur dans chaque zone, notamment les marges de recul, le nombre de niveaux autorisés, le coefficient d’occupation des sols (COS), les distances de construction et la hauteur maximale du faîtage.

Quelle est la surface optimale d’un terrain à bâtir ?

Une fois que vous aurez défini la surface constructible du terrain, vous pourrez vérifier si elle correspond à vos exigences et à votre projet de maison : Maison avec un espace jardin souhaité, à un ou plusieurs étages. Ces questions vous permettront d’identifier la surface optimale de votre futur terrain à bâtir pour votre future maison avant de faire l’achat d’un terrain. Comme vous l’avez vu tout au long de cet article, la notion de surface constructible est cruciale pour votre projet puisqu’elle détermine la taille du terrain sur lequel vous pourrez construire votre future maison et, par conséquent, la taille de votre jardin. Si vous avez un projet de construction, il est fortement conseillé de faire appel à un expert pour éviter les erreurs de calcul et d’estimation. Pour vous faciliter la tâche, vous pouvez consulter directement les plans des terrains de la zone de construction sur le site web.

Les clés pour investir dans l’immobilier
Guide pratique pour savoir si un terrain est constructible